Actualités

Offre de service civique – Centre de documentation

Offre de service civique – Centre de documentation

La Fabrique de l’Esprit recherche un volontaire en mission de service civique pour son centre de documentation.

Il assistera la responsable de la documentation dans la gestion des plus de 2000 ouvrages de l’association.

Les missions :
– Participer à la valorisation du centre de documentation de l’association
– Contribuer au référencement des ressources documentaires
– Tenir à jour le fichier bibliothèque (nouvelles acquisitions et entrées documentaires…)
– Mettre à jour des dossiers artistes
– Numériser les ressources documentaires présentant les œuvres et les artistes de la collection Francès
– Participer au projet d’archivage documentaire en cours

Contrat :
À partir du 22avril 2019 à la Fondation Francès à Senlis (60300 Oise)

Durée: 6 mois -28 h/semaine

Horaires : du lundi au jeudi 10h-18h / Pause déjeuner : 13h-14h

Pour plus d’infos sur l’offre : Téléchargez-la ici !

 

Publié par dans Actualités, Arthothèque, Centre de documentation, Éditions, Génerale
Offre de service civique – Communication

Offre de service civique – Communication

La Fabrique de l’Esprit recherche un volontaire en mission de service civique pour soutenir sa responsable communication web.

Ses missions :
– Développer la communication digitale quotidienne (création de contenus et flux réseaux sociaux),
– Relayer les actions éducatives et culturelles de l’association sur l’ensemble de ses supports numériques (RS, site web…) et mettre à jour le site
– Participer à l’animation des réseaux sociaux (Facebook, twitter, Instagram…)
– Nourrir la rubrique numérique : « L’œil éclos »
– Effectuer des recherches sur l’actualité culturelle des partenaires et acteurs culturels du territoire
– Participer à la création graphique de la newsletter mensuelle
– Contribuer à la réalisation des activités de l’association

Contrat :
À partir du 22 avril 2019 à la Fondation Francès à Senlis (60300 Oise)

Durée: 6 mois -28 h/semaine

Horaires: du lundi au jeudi 10h-18h / Pause déjeuner: 13h-14h

Intéressé.e par l’annonce? Envie d’en savoir plus? Téléchargez-la ici !

 

Publié par dans Actualités, Centre de documentation, Evénement, Génerale, Scientifique
#Education – Bio-inspiration au lycée Arthur Rimbaud

#Education – Bio-inspiration au lycée Arthur Rimbaud

Les élèves du lycée professionnel Arthur Rimbaud de Ribécourt, spécialité Métiers du bois, ont créé une structure bio-inspirée pour embellir la cour de l’établissement. Forts de leur compétence en menuiserie, ils ont utilisé leur découverte de la Bio-Inspiration pour imaginer un mobilier mettant en valeur les poèmes d’Arthur Rimbaud ; un objet marquant pour l’identité de leur lycée.

Séance 1

Lors de la première séance, les élèves ont découvert les notions de Bio-Inspiration, de Bio-Art, œuvres à l’appui. Des travaux d’Aristote à Jan Fabre pour les arts plastiques en passant par la Sagrada Familia et le TGV japonais pour l’architecture, de nombreux artistes et architectes se sont inspiré du vivant pour créer des structures au plus près des qualités pratiques et esthétiques de la nature.

  

Jan Fabre                                                                                                         /   Zaha Hadid

Suite à cet apport théorique, les étudiants ont débuté leurs réflexions pour créer une structure bio-inspirée pour leur lycée.

 

Séance 2

Pour cette deuxième séance, les élèves ont découvert le Ready-Made, des origines à aujourd’hui,  et la notion de recyclage dans l’art, pour débuter leur construction bio-inspirée.

 

Premiers essais d’assemblage d’objets quotidiens en bois à la manière du ready-made

 

Séance 3

L’objectif de cette séance était de poursuivre la construction de la structure bio-inspirée. Les élèves, fort de leurs compétences en menuiserie, ont attaqué la phase de vernis et de collage des éléments composants la structure en bois. Cette étape se réalise en trois temps : la première couche de vernis, l’égrainage et la seconde couche de vernis. Le collage consistait à intégrer des poèmes et des photos d’Arthur Rimbaud, poète qui a donné son nom à leur établissement, sur la structure.

 

Avancée des collages de poèmes et de photos d’Arthur Rimbaud

Un court temps a été pris à la fin de la séance pour poursuivre les notions vues lors de la précédente séance (le recycle-art), notamment par la découverte d’artistes travaillant le bois avec
un exemple en particulier, celui de l’artiste belge d’origine congolaise Aimé Mpane Enkobo.

 

Séance 4

Les élèves ont terminé l’élaboration de leur structure en bois. Elle recevra les créations des étudiants du lycée horticole de la ville pour la décorer très prochainement. Un travail collaboratif entre lycéens de Ribécourt pour faire valoir l’identité du lieu et rendre hommage au célèbre poète.

 

Réalisation des écussons qui ornent la structure

 

La restitution du projet est à venir après plantation par le lycée horticole pour finaliser la structure.

Les élèves sont de plus invités à venir échanger avec l’artiste du 23 au 26 mai 2019 à l’Espace Saint Pierre de Senlis, où il présentera son travail à l’occasion de l’exposition Transplantation.

 

Visuel bandeau : Antoni Gaudi, Barcelone

Publié par dans Actualités, Jeune Public, Scientifique, Scolaires
#Education – Réparation au lycée La Hotoie

#Education – Réparation au lycée La Hotoie

Les élèves de 1ère du Lycée La Hotoie à Amiens ont travaillé cette année sur la thématique de la réparation, autour de l’exposition de Kader Attia dédiée à la « Mémoire de l’Oubli » à la Fondation Francès à Senlis. Ils ont découvert les notions de traumatisme, de réparation physique et psychique et de cicatrisation, et ont imaginé des créations plastiques et circassiennes, selon leur spécialité, à partir de ces apports théoriques.

Séance 1 : sortie culturelle à la Fondation Francès

Découverte des œuvres de Kader Attia autour de la notion de Cultures, entre richesses et faiblesse en salle, puis visite de l’exposition.

3 notions sont abordées avec les lycéens, le rejet de l’Autre, la quête d’identité culturelle et la fusion des cultures, à l’appui d’œuvres de l’artiste telles que Alter-Ego, 2000-2002, Hallal, 2004, Fridges, 2006, ou encore Ghost, 2007, pour ne citer qu’elles. Découvrez-en plus sur l’artiste sur le site de la Fondation.

Les élèves ont ensuite découvert l’exposition, composée d’œuvres plastiques, telles que Syrian Shells, 2015 ou Alpha Beta, 2009, d’installation, telle que Mémoire de l’Oubli, 2018, et vidéo, telle que Réfléchir la Mémoire, 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la découverte de l’installation immersive Mémoire de l’Oubli, les élèves ont rédigé un témoignage à partir de leurs ressentis.

 

Séance 2 :

En classe, les élèves ont abordé lors de cette deuxième séance les évolutions scientifiques de la réparation. Comment les avancées médicales ont permis des réparations physiques différentes, et comment ces réparations sont représentées dans l’art. (greffe, excroissances,…).

A partir de ces éléments, ils ont débuté leurs réflexions plastiques sur la réparation, via des collages, modelages, dessins, vidéos… La forme n’était pas imposée et les élèves ont pu choisir le médium qu’ils préféraient pour la restitution de leur travail.

 

Premières productions inspirées des œuvres de Kader Attia et Liu Bolin.

 

Séance 3 :

Les élèves ont poursuivi leurs découvertes sur la question de la réparation et son traitement par les artistes, en travaillant sur les notions d’engagement, de critique ou de réécriture de l’histoire par ces derniers.

Ils ont ensuite travaillé sur une recherche plastique autour du masque, par des médiums variés tels que la sculpture, le collage ou la vidéo. Cette thématique induit des questionnements autour de la différence physique, qu’elle soit due au vieillissement ou à la blessure, et de l’image de soi, avec l’utilisation du miroir et de maquillage.

   

Les élèves ont utilisé des visages de poupées, des applications sur smartphone et des mannequins pour leurs créations.

 

Séance 4 :

La  dernière séance était dédiée à la finalisation des créations plastiques des élèves. Photographie, collage, sculpture, vidéo, assemblage, installation,… ils ont rassemblé les éléments élaborés jusqu’ici et peaufiner les détails de leurs œuvres.

   

 

Les élèves restitueront leurs créations le 20 mai 2019 auprès des autres classes et des enseignants du Lycée La Hotoie d’Amiens.

Merci à eux pour leur inventivité et leurs réflexions plastiques très poussées, et directement inspirées des artistes et mouvements qu’ils ont découvert lors des séances !

Publié par dans Actualités, Génerale, Jeune Public, Scientifique, Scolaires
Aimé Mpane à l’Espace Saint-Pierre

Aimé Mpane à l’Espace Saint-Pierre

TRANSPLANTATION, SOLO SHOW DE AIMÉ MPANE ET EXPÉRIMENTATIONS

Du jeudi 23 au dimanche 26 mai 2019, Espace St Pierre – Senlis (60)

Cette exposition est le fruit du travail de l’artiste Aimé Mpane accueilli dans le cadre de la résidence internationale La Fabrique de l’Esprit®, réalisée en partenariat avec l’Institut Français à la Cité Internationale des Arts de Paris du 10 janvier au 9 avril 2019.

TRANSPLANTATION présente des œuvres de l’artiste d’origine congolaise Aimé Mpane à l’espace Saint Pierre de Senlis. Peintre et sculpteur, le bois est le matériau qu’il affectionne le plus, faisant de cette essence un médium d’excellence dans la finalité artistique de sa réflexion. Il va jusqu’à comparer les caractéristiques du bois, ses différentes strates, avec les différentes couches de notre épiderme. L’assimilation bois et chair apparait très clairement. Le bois lui permet d’aborder des sujets complexes comme la corruption, la prostitution enfantine ou bien encore la cause des migrants, le rapport à la chair permet quant à lui, de les rendre tangibles, d’y apporter la sensibilité nécessaire et préalable à la prise de conscience de ces réalités.
Aimé Mpane est un artiste de la collection Francès, exposé pour la première fois en 2013 lors de l’exposition Carnaval. Cette exposition inaugure une réflexion autour de la transformation. « Carnelevare » (ôter la chair), ou « Incarnare » (revêtir la chair), par le masque traduit la manière dont sculpte Aimé Mpane: enlever la chair du bois par le biais de l’herminette et en révéler les structures et caractéristiques sous-jacentes. Jouant avec l’esthétique du masque, il met en œuvre un jeu de facettes, passant du fictif au réel et vice versa. Vouloir arborer le masque est aussi le moyen d’accéder fictivement au changement, à une nouvelle personnalité, une nouvelle vie. Il est très souvent question des origines congolaises de l’artiste, de la dictature et d’un peuple en quête de justice ou d’utopie dans un autre pays, une autre terre.

Le titre de cette exposition contient une double signification. Le préfixe « trans » souligne un passage et un mouvement, tandis que « planter » ancre physiquement une action, un objet ou une personne dont l’objectif est d’aboutir à une évolution ou à une croissance. Il y a bien cette question d’appartenance à une « terre » originelle que l’on quitte pour se développer autrement, dans l’espoir d’un succès, du passage d’une terre à une autre. Ainsi, Transplantation s’intéresse avant tout au territoire et à l’humain, c’est d’ailleurs une préoccupation majeure d’Aimé Mpane à travers la question de la migration dans des situations d’urgence, qu’il s’agisse des migrants, des réfugiés ou des exilés. Il aborde les faits et contextes qui sont à l’origine de ces déplacements : la guerre, le génocide, la politique, l’économie. La migration existe depuis la nuit des temps. Elle fait partie intégrante de notre condition, vécue différemment par les populations pour des raisons et des pratiques souvent très variées.

Transplantation s’intéresse à ces populations qui changent radicalement de territoire et dont les pratiques, coutumes, pensées et langages s’en trouvent profondément bouleversés. En constatant très souvent que le premier exil pour ces personnes est la langue. Abandonner sa langue maternelle au profit d’une autre est le plus souvent un gage de survie. Et les liens sociaux et culturels dans un nouveau pays se nouent volontiers au sein d’un cours de langue organisé par des associations caritatives.

En partant de cette migration des populations venant se « transplanter » sur des terres d’accueil, il est alors intéressant d’établir une correspondance avec le sujet de la transplantation d’organes.
L’objectif est d’ailleurs commun : impulser la vie grâce à l’accueil d’un nouvel organe ou à l’arrivée sur un nouveau territoire et permettre ainsi de « sauver sa peau ». Le schéma est identique incluant un donneur et un receveur. Par conséquent, une interaction saine entre deux corps devient vitale pour permettre une intégration acceptable. Et quelles conditions doivent être réunies pour que la transplantation soit réussie ? Un projet aussi important que de créer une nouvelle vie dans un corps réinventé tant sur le plan social, politique, économique et culturel. Au cœur de cette exposition, une catastrophe humaine contemporaine convoquant une réflexion attentive de ces situations d’urgence desquelles nous sommes si souvent spectateurs. Comprendre et éprouver de la sollicitude pour celui qui est enlisé dans ses difficultés est un premier pas pour défendre une humanité en détresse.

L’exposition fait écho à « Mémoire de l’Oubli », de Kader Attia, présentée à la Fondation Francès.

Découvrez le communiqué de presse de l’exposition ici

PROGRAMMATION

Des temps de rencontres avec l’artiste et des professionnels de l’art, ainsi que des spécialistes de la transplantation à l’image du Professeur Devauchelle, chirurgien maxillo-faciale du CHU d’Amiens et auteur de la première greffe de visage sont organisés. Sur le plan expérimental, cette résidence internationale a permis d’organiser avec l’artiste des ateliers auprès des personnes migrantes. Une restitution et des rencontres sont d’ailleurs proposées pendant l’exposition.
Transplantation est aussi l’occasion d’accueillir des publics scolaires et universitaires, dont les collégiens et lycéens avec lesquels La Fabrique de l’Esprit® travaille toute l’année dans le cadre de dispositifs de l’éducation nationale. Enfin, les visiteurs bénéficient d’une médiation systématique et permanente.

 

Voir le site de l’artiste.

Pour suivre l’avancée de la résidence et du programmé éducatif, rendez-vous régulièrement sur notre site et nos réseaux sociaux : Facebook / Instagram

 

Visuel : Aimé Mpane, Kinoct 2011

Publié par dans Actualités, Art et Paix, Artistes, Evénement, Génerale, Le Lab, Résidence
#Education – Bio-inspiration au lycée d’Amyot d’Inville

#Education – Bio-inspiration au lycée d’Amyot d’Inville

La classe de 1ères du Brevet des Métiers d’Art du Lycée Amyot d’Inville à Senlis s’est associée à nous afin de découvrir la Bio-Inspiration dans l’art et l’architecture, et créer des formes bio-inspirées à partir de l’artichaut, thème choisi pour leur Journée des Arts du 6 et 7 avril 2019. Les élèves ont ainsi étudié minutieusement le fonctionnement de l’artichaut et sa construction biologique pour imaginer des objets design et des architectures à partir de matériaux recyclés.

Séance 1

Cette séance théorique a permis aux élèves de connaître et de comprendre les notions de bio-inspiration, de bio-mimétisme  et de bio-art, avec un focus particulier accordé à la bio-architecture. Les élèves ont choisi de travailler sur l’artichaut, ils vont donc créer des structures bio-inspirées à partir de ses qualités esthétiques et fonctionnelles.

Séance 2

Ciblée sur l’artichaut, sa description, ses caractéristiques techniques et ses formes, la séance 2 a permis aux lycéens de bien connaître l’élément qu’ils ont choisi pour leurs créations bio-inspirées. Ils ont ainsi appris à observer et étudier la nature en détails.

Ils ont aussi découvert des exemples d’architectures, d’arts décoratifs et d’objets du quotidien dont la forme rappelle celle de l’artichaut : fontaines, bâtiments,… A partir de ces exemples, les lycéens ont déterminé leurs premières idées de projet.

Séance 3

Les élèves ont attaqué lors de cette séance la partie pratique : ils ont ouvert les artichauts, les ont étudiés, analysés, découpés, afin de les connaitre dans le moindre détails. Leur croquis et dessins aboutiront à des projets de créations lors des prochaines séances.

  

Séance 4 & 5

Les deux dernières séances étaient dédiées à la pratique artistique. A partir de leurs connaissances accumulées sur l’artichaut et leurs dessins et analyses, les lycéens ont réalisé des maquettes et réalisations 3D à partir de matériaux récupérés, recyclés et recyclables. Carton et argile vont par exemple être intégrés à leurs structures bio-inspirées. Elle seront exposées dans l’espace Volume, lieu d’exposition du lycée.

  

Ce vendredi 5 avril, ils restitueront leurs créations bio-inspirées devant l’ensemble de leurs enseignants et camarades.

Publié par dans Actualités, Génerale, Scientifique, Scolaires
#Education PEPS – Lycée Hugues Capet de Senlis

#Education PEPS – Lycée Hugues Capet de Senlis

Le Parcours d’Éducation de Pratique et de Sensibilisation à la culture réalisé avec le Lycée Hugues Capet porte cette année sur la Bio-Inspiration.

A partir d’une découverte théorique des formes bio-inspirées et du recyclage de matériaux pour effectuer des créations plastiques, les élèves se sont penchés sur les 4 éléments constituant la nature : l’eau, le feu, la terre et l’air.

Séance 1

Les élèves ont étudié la bio-diversité de leur cour et ont analysé les éléments naturels, leur esthétique et leur praticité, pour inspirer des créations futures.

  

Projet à suivre…

 

Publié par dans Actualités, Génerale, Jeune Public, Scolaires
Les #vendredilecture de Louise – #1

Les #vendredilecture de Louise – #1

Découvrez ce vendredi le livre choisi par Louise, 23 ans, parmi les plus de 2000 ouvrages du centre de documentation de La Fabrique de l’Esprit.

 

Véronique Dalmasso, Façons d’endormis, Le sommeil entre inspiration et création, Éditions Le Manuscrit, Via Artis, 2012, 164p

Ce livre dresse un panorama du sommeil dans toutes ses déclinaisons.

La symbolique. Le livre s’ouvre sur le rapport de parenté qu’entretient le sommeil avec la mort. La peur à l’égard de cet état d’inconscience s’incarnait par exemple à la Renaissance par l’absence de représentations d’enfants endormis. Seul le Christ pouvait alors être représenté dans cet état, la promesse de sa résurrection désamorçant cette crainte. Le sommeil est également tenu pour susciter un éveil des sens, ses représentations étant le plus souvent empreintes de sensualité comme semblent le mettre en évidence les perceptions des figures endormies de Titien.

Les connotations. Souvent réprouvé moralement puisque associé à la paresse comme l’illustrent les figures marginales que sont les soldats réveillés par l’appel aux armes dans la peinture hollandaise du XVIIe siècle, il est loué pour ses bienfaits par les peintres et caricaturistes des XVIIIe et XIXe siècles.

Le sommeil comme passage. Cette perte de conscience rend possible l’accès à la révélation divine et onirique. Les symbolistes, au XIXe siècle, y voient par exemple l’opportunité d’explorer des territoires situés au-delà de la conscience, puisant leur inspiration dans le rêve.

Si l’on se laisse aller à une série de bâillements c’est seulement par l’effet de « la loi de la réminiscence et de l’imitation du bâillement » à la lecture du chapitre consacré aux signes avant-coureurs du sommeil. Ce livre au lieu de nous assurer un prompt endormissement parvient à nous maintenir en éveil par la diversité des représentations iconographiques des figures d’endormis évoquées mais aussi par la citation de discours scientifiques sur le sommeil pour le moins surprenants.

 

Suite à la publication de cet ouvrage, l’auteur, Véronique Dalmasso, a sollicité en 2012 un partenariat entre l’Université de Picardie Jules Verne, le FRAC Hauts-de-France et la Fondation Francès pour créer une exposition commune dans ces deux lieux sur cette thématique du sommeil, vue par les artistes contemporains. Cette proposition a vu naître une exposition, Façons d’endormis, en deux temps. D’abord visible au Frac Hauts-de-France du 29 novembre 2012 au 14 février 2013 avec une sélection de la collection du FRAC et de la collection Francès, des œuvres allant d’Andres Serrano à Yan Pei Ming, en passant par Arnulf Rainer et Nan Goldin. Le deuxième temps a pris corps au sein de la Fondation Francès du 8 mars au 4 mai 2013, montrant également des œuvres issues de ces deux collections avec Joana Vasconcelos, Annette Messager, Robert Mapplethorpe ou bien encore Hans Op de Beeck.

 

Publié par dans Actualités, Adultes, Centre de documentation, Éditions, Génerale, Scientifique
Dispositifs PEPS 2019-2020

Dispositifs PEPS 2019-2020

La Fabrique de l’Esprit renouvelle ses propositions de projets aux établissements des Hauts-de-France dans le cadre des dispositifs PEPS, Parcours d’Éducation, de Pratique et de Sensibilisation à la Culture. Deux thématiques ont été créées comme base de travail avec les élèves, elles sont bien sûr adaptables aux programmes scolaires et aux demandes de l’équipe enseignante.

Enseignants, pour plus de détails sur un projet ou si vous souhaitez nous rencontrer, contactez-nous au 03 44 56 21 35 ou à l’adresse litote@lafabriquedelesprit.fr !

 

PROJET 1 : ARTS ET MÉTIERS D’ARTS

Objectifs du projet :

Sensibiliser les élèves aux recherches liées à l’art et aux métiers d’art. Étudier les techniques et découvrir les artistes contemporains dont les pratiques font appel aux métiers d’art. Sur des techniques choisies, décrypter comment ils traduisent cette réflexion dans leur démarche artistique. Au delà de l’inspiration, comprendre ces artistes qui donnent forme grâce à la main d’un autre. Interroger le rapport entre Art et Métiers d’art et les enjeux de ces pratiques au cœur de l’apprentissage, analyser la porosité des secteurs entre arts, métiers d’art et design.
Présenter les artistes en résidence avec l’association.

Descriptif du projet :

Approche théorique sur les arts et les métiers d’art, complétée systématiquement d’un temps d’échanges et d’expérimentations. Pour chaque intervention seront réalisés un compte-rendu, une fiche technique qui viendront enrichir un classeur de suivi, et le projet bénéficie de la visibilité affectée par nos outils de communication (réseaux sociaux, newsletters…)

Phase pédagogique 1 : définir une intention artistique
Définir et différencier les intentions artistiques.
Nombre total heures de la phase 1 : 3h

Phase pédagogique 2 : matérialiser l’intention artistique par un geste, un savoir-faire.
Découvrir certains artistes qui font appel à des artisans d’art pour créer leurs œuvres. Différencier les deux statuts, celui de l’artiste et celui de l’artisan d’art. Art et métiers d’arts : une communion de geste (ou pas).
Nombre total heures de la phase 2 : 3h

Phase pédagogique 3 : découvrir l’expérience d’un artiste immergé dans une entreprise artisanale et/ou industrielle
Que signifie le concept d’artiste en résidence ? Présentation d’une œuvre et de sa production ainsi que les enjeux humains de ce processus.
Nombre total heures de la phase 3 : 3h

Phase pédagogique 4 : transmettre et valoriser ses connaissances
Les élèves avec l’équipe pédagogique auront choisi la forme pour partager avec les autres élèves et publics leurs connaissances. Quelle forme donner à la compilation des documents issus du module (textes, des illustrations, des images, des dessins).
Nombre total heures de la phase 4 : 3h

Contraintes techniques :

Chaque phase se présente sous la forme d’une approche théorique, œuvres à l’appui et d’une phase de pratique allégée qui donnera lieu à la réalisation d’un objet de restitution (forme à définir), grâce à la production systématique de contenus par les élèves. Pour favoriser l’interdisciplinarité, chaque phase pédagogique pourra être accompagnée d’un duo/trio de professeurs (phase 1 : Philosophie, Lettres modernes et économie ; phase 2 : Sciences et Arts plastiques ; phase 3 : Histoire-Géographie et sciences).

 

PROJET 2 : CITOYENS DU MONDE

Objectifs du projet :

Sensibiliser les élèves aux recherches liées à l’art et à la citoyenneté. Étudier les techniques et découvrir les artistes contemporains dont les pratiques révèlent un engagement citoyen ou une expérience sociale. Sur des techniques choisies, décrypter comment ils traduisent cet engagement dans leur démarche artistique. Interroger le rapport entre Art et citoyenneté, les enjeux de ces pratiques. Grâce à notre programme de résidence d’artistes internationale, partager l’expérience d’un artiste et les processus d’intégration par la création contemporaine, œuvre à l’appui identifier les enjeux de communication et d’intégration d’une démarche multiculturelle.

Descriptif du projet :

Approche théorique sur les arts et la construction de la citoyenneté, complétée systématiquement d’un temps d’échanges et d’expérimentations. Pour chaque intervention seront réalisés un compte-rendu et une fiche technique qui viendront enrichir un classeur de suivi, et le projet bénéficie de la visibilité affectée par nos outils de communication (réseaux sociaux, newsletters …).

Phase pédagogique 1 : définir l’histoire de la citoyenneté et l’évolution de sa représentation
Une analyse chronologique illustrée par l’étude de portraits dans l’art.
Nombre total heures de la phase 1 : 3h

Phase pédagogique 2 : comprendre les enjeux de la citoyenneté à travers des approches environnementales et sociales dans l’art
Développer les notions éco-citoyennes et leurs représentations, étude du graphisme et de l’affiche (propagande). Définir et représenter le citoyen du monde : un acteur, conscient d’un corps social universel. Découvrir les approches de certains artistes contemporains interdisciplinaires.
Nombre total heures de la phase 2 : 3h

Phase pédagogique 3 : se confronter à l’altérité pour révéler la richesse de l’humanité
Partager l’expérience d’un artiste étranger parlant français pour mieux appréhender les différences culturelles et identifier des pratiques pour mieux accueillir la différence. En partenariat avec l’institut Français dont nous expliquerons les missions, nous accueillons un artiste en résidence à la cité internationale des Arts de Paris. Avec lui nous développons des ateliers à destination des
populations migratoires pour faciliter leur intégration.
Nombre total heures de la phase 3 : 3h

Phase pédagogique 4 : transmettre et valoriser ses connaissances
Cette phase permet aux élèves et aux équipes de prendre conscience des connaissances et des expériences accumulées mais aussi d’identifier une méthode pour les restituer. Le format sera à dé
Nombre total heures de la phase 4 : 3h

Contraintes techniques : organiser l’interdisciplinarité

Chaque phase se présente sous la forme d’une approche théorique, œuvres à l’appui et d’une phase de pratique allégée qui donnera lieu à la réalisation d’un objet (forme à définir) pour la restitution, grâce à la production systématique de contenus par les élèves. Pour favoriser l’interdisciplinarité, chaque phase pédagogique pourra être accompagnée d’un duo/trio de professeurs (phase 1 : Philosophie, Lettres modernes et économie ; phase 2 : Sciences et Arts plastiques ; phase 3 : Histoire-Géographie et sciences).

 

Visuel : Aimé Mpane, Kinshasa, 2011, courtesy de l’artiste

Publié par dans Actualités, Génerale, Scientifique, Scolaires
#Education – Premier CDDC de la saison avec le collège Abel Didelet

#Education – Premier CDDC de la saison avec le collège Abel Didelet

Cette année, La Fabrique de l’Esprit réitère ses partenariats avec les collèges et lycées de la région Hauts-de-France dans le cadre des CDDC (Contrat Départemental de Développement Culturel) et PEPS (Parcours d’Éducation, de Pratique et de Sensibilisation). Plusieurs classes travailleront ainsi avec nous cette année, autour de thématiques variées telles que la réparation (en lien avec l’exposition de Kader Attia), la bio-inspiration, la création d’une exposition virtuelle… Ces programmes transdisciplinaires permettent aux étudiants de découvrir d’autres horizons professionnels et de s’impliquer dans un projet collectif sur le long terme.

Séance 1

La saison de projets 2018-2019 a ainsi débuté avec l’accueil de la classe de 3ème du collège Abel Didelet d’Estrées Saint-Denis à la fondation Francès pour découvrir l’exposition « Mémoire de l’Oubli », carte blanche à Kader Attia, et commencer leur réflexion sur le projet qui les concernera toute l’année sur la thématique de la réparation.

Les 3ème se sont ainsi intéressés au traitement de la question de la réparation dans l’œuvre de Kader Attia, et en particulier dans son œuvre vidéo « Réfléchir la mémoire ».

Séance 2

En classe, les élèves sont revenus sur les notions abordées dans l’exposition, et les scientifiques découvert, tels que Boris Cyrulnik, neuro-psychiatre. Ils ont réfléchi aux questions de résilience, de réparation collective et d’art thérapeutique.

A partir de ces pistes de réflexion, les élèves ont formé des groupes et réalisé une note d’intention pour leur futures créations.

Séance 3

Les collégiens ont appris lors de la troisième séance à rédiger leur intention et à poursuivre leur processus créatif au travers de schémas, croquis et observations de leurs objets à « réparer ». Ils ont aussi débuté leur préparation orale en vue de la restitution.

   

Séance 4

Purement pratique, cette dernière séance avant la restitution du projet a permis aux élèves de terminer leurs créations plastiques et d’écrire leur cartel d’œuvres.

  

Restitution

Les élèves ont présenté leurs maquettes finalisées et leurs cartels lors d’une restitution en présence des enseignants de l’établissement, du principal et des parents et grand-parents des élèves. Félicitations à eux pour leur travail et leur investissement qui ont donné lieux à des créations plastiques très réussies !

  

Publié par dans Actualités, Génerale, Scolaires