Actualités

Portes ouvertes virtuelles

Portes ouvertes virtuelles

Au vu de la crise sanitaire hors normes à laquelle nous faisons tou.te.s face, plusieurs artistes étrangers ont du quitter prématurément des projets, des collaborations et des résidences. Malebona Maphutse en fait partie.

Depuis janvier 2020, Malebona était à Paris, dans le cadre du programme de résidences internationales de la Fabrique de l’esprit en partenariat avec la Cité internationale des Arts de Paris et l’Institut français. Cette résidence devait se clôturer le 4 avril, mais en toute conscience, nous avons décidé avec l’artiste d’avancer son retour en Afrique du Sud au 18 mars afin de lui permettre de retrouver ses proches.

Désormais chez elle et en bonne santé, Malebona participera, depuis l’Afrique du Sud, ce jeudi 2 avril aux portes ouvertes virtuelles organisées par l’Institut français et la Cité Internationale des arts. L’événement présentera les différentes œuvres et ressentis des Lauréats du programme de résidence 2020.

Rendez-vous le jeudi 2 avril, à partir 11h, sur les Stories des comptes Instagram (@if_officiel) et Facebook (@institutfrancais.pageofficielle) de l’Institut français. Les contenus seront visibles pendant 24h.

Retrouvez aussi sur la chaîne Youtube de la Fabrique de l’esprit, Malebona lors de son Live open studio du 17 mars dernier, au cœur de son studio à la cité des sciences.

Les Lauréats sont Malebona Maphutse (Afrique du Sud), Asareh Akasheh (Iran), Paolo Puddu (Italie), Cecilia Szalkowicz (Argentine), Mohamed Salah Ismail (Égypte), Laila Aoudj (Algérie), Julien Devaux (Mexique), Mohamed Siam (Égypte), Dr. Thokozani Mhlambi (Afrique du Sud), Marcus Lindeen (Suède).

Crédit image: Cité internationale des Arts de Paris

Publié par dans Actualités
QUI SUIS-JE ?

QUI SUIS-JE ?

Apprendre à s’ennuyer dès le plus jeune âge est important, en effet le désœuvrement permet de développer la créativité et l’imaginaire, il offre aussi une meilleure connaissance de soi par le biais d’une réflexion intime.

Mais quand ce désœuvrement n’apporte plus de plaisir, rien de tel qu’un petit jeu entre enfants et parents, accompagné ou bien seul, telle une respiration. Prêtez l’oreille, fermez les yeux et partez en voyage, à l’écoute de la voix de Lauren décrivant une œuvre iconique de la collection Francès ou encore une œuvre classique notoire et inspirante.

« Qui suis-je » s’écoute chaque lundi, dès le 23 mars.

Faites vos jeux, commentez, questionnez, jusqu’au mercredi, jour de la révélation (l’image de l’œuvre et ses contenus scientifiques seront publiés)

Ces œuvres illustrent les cours d’histoire de l’art de la Fabrique de l’esprit que vous pouvez découvrir ici

Texte et voix : Lauren Overvoode

Publié par dans Actualités
Exposition Live – Malebona Maphutse

Exposition Live – Malebona Maphutse

Aujourd’hui mercredi 18 mars, il est écrit dans nos agendas : « Portes ouvertes à la Cité Internationale des arts ». En effet, nous nous faisions une joie de venir frapper aux portes de ces nombreux artistes venus du monde entier afin d’entrer dans leurs univers créatifs le temps d’une soirée.

Cependant, il est vrai qu’aujourd’hui, rien n’est habituel. Nous recréons des restaurants dans nos cuisines, des spas dans nos salles de bains, des cinémas dans nos salons. C’est alors que nous nous sommes demandés : « pourquoi ne pas inviter l’artiste à la maison ? »

Aujourd’hui, nous ferons cette expérience unique avec Malebona Maphutse, notre artiste originaire de Johannesburg. Elle aura pendant toute la journée, les commandes de nos réseaux sociaux afin de vous faire découvrir en live son univers artistique grandiose. Installez-vous, les portes ouvertes viennent à vous…

Publié par dans Actualités
Fermeture temporaire

Fermeture temporaire

Dans un effort commun pour protéger la santé de nos communautés et limiter la propagation du COVID-19, LA FABRIQUE DE L’ESPRIT a du suspendre ses programmes éducatifs et d’expérimentation à destination de tous ses publics, particulier et scolaires depuis le 02.03.2020 pour une durée indéterminée. Pour le moment tous les événements qui devaient prendre place durant cette période sont annulés. 
La Fabrique de l’esprit continue de suivre la situation et les décisions futures du gouvernement. Suivez nos réseaux sociaux pour des mises à jour.
Publié par dans Actualités
À vos agendas…

À vos agendas…

La Cité Internationale des arts de Paris ouvre ses portes le mercredi 18 mars 2020, de 18h à 21h à l’occasion d’une soirée ateliers ouverts organisée par le pôle Résidences de l’Institut français. Cet événement ouvert aux professionnels et grand public, vous permettra de découvrir le travail de 14 artistes venus du monde entier, et vous donnera l’opportunité de rencontrer l’artiste sud-africaine Malebona Maphutse qui vous transportera dans le monde de Mamoloyi et de ses rencontres éclectiques dans l’univers parisien.

Les artistes présents en résidence à la Cité Internationale des arts de Paris : Malebona Maphutse, Aya Al-Sayed El-Badwee, Shatha Al-Seghady, Asareh Akasheh, Laila Aoudj, Minghao Cao, Julien Devaux, Mohamed Salah Ismail, Phi Long Le, Carl-Oskar Linne, Paolo Puddu, Mohamed Siam, Romeu Silveira et Shoko Yamamura.

L’entrée est libre, dans la limite des places disponibles.

What do you want to do ?

New mail

Publié par dans Actualités
Un aller-retour : Paris / Stellenbosch

Un aller-retour : Paris / Stellenbosch

Événement de la Triennale de Stellenbosch , du 11 février au 30 avril 2020

Malebona Maphutse a quitté le sol français pendant quelques semaines pour retourner dans son pays natal, l’Afrique du Sud. La raison pour laquelle elle est partie ? Pour participer à la première triennale d’art contemporain en Afrique. Aujourd’hui de retour à Paris, nous avons eu l’opportunité d’échanger avec elle sur cette expérience nouvelle.

La Stellenbosch Triennale est un événement qui regroupe une multitude d’expositions d’artistes, tous originaires de différents pays du continent africain. Cet événement permet l’élaboration d’une plateforme créative où les artistes s’engagent à établir un dialogue, par le biais de leurs œuvres, autour d’enjeux sociétaux. L’ultime but de cet événement est de dessiner l’avenir du monde d’un point de vue africain.

Malebona constate que la plupart des artistes africains invités à participer à cet événement résident en Europe, elle s’interroge sur les raisons qui les motivent à quitter leur pays natal pour vivre ailleurs.

Cette exposition est pour le moins spectaculaire. Tout d’abord par la ville atypique qui l’accueille, Stellenbosch, située dans le sud-ouest d’Afrique du Sud. Son contexte historique, politique, social et racial reste tout à fait particulier et de fait encore aujourd’hui. Cette ville au lourd passé, retrace au travers de son architecture néerlandaise, le passage ardu de la domination coloniale des Pays-Bas datant du XVIIe siècle. Connue pour ses grandes industries viticoles, elle peint des paysages verts majestueux s’étendant vers l’infini par leur grandeur : « c’est un paradis pour le moins paradoxal », nous confie Malebona. Les habitants, qui sont en grande majorité blancs, restent perplexes à l’idée de voir un groupe de jeunes gens noirs dans cette ville. En général, ce sont des touristes provenant des Pays-Bas ou du Royaume-Uni qui visitent Stellenbosch. Le paradoxe est d’autant plus accentué qu’à seulement quelques kilomètres de la ville, nous trouvons Cape Town, tristement célèbre pour ses nombreux townships où les habitants noirs sont généralement empaquetés dans des environnements restreints.

Ayant conscience du contexte complexe de ce lieu, Malebona a pris la décision de participer à l’exposition ON THE CUSP, un satellite de la triennale qui focalise son concept autour du thème de la guérison. Accompagnée de sept autres artistes, elle y expose peintures, installation, vidéo et suscite un grand intérêt auprès des collectionneurs.

 

Pour l’artiste, la triennale de Stellenbosch est donc très différente de ce qu’elle peut éprouver en Europe ce qui ne fait qu’augmenter l’intérêt de cette expérience. Malgré des ressources financières très limitées pour participer à cet événement, en devenir, Malebona est consciente que la plus grande richesse du projet se situe dans le partage et les échanges qu’elle a pu générer avec les autres artistes, notamment avec des artistes du collectif Asafo Black originaires du Nigéria et du Ghana avec qui elle souhaiterait collaborer dans un futur proche.

Publié par dans Actualités
Arrivée de Malebona Maphutse à la résidence Cité Internationale des Arts de Paris.

Arrivée de Malebona Maphutse à la résidence Cité Internationale des Arts de Paris.

« Touch & go »

 

S’installer dans une nouvelle ville n’est pas chose facile. S’installer dans une ville trépidante comme Paris, l’est encore moins. L’artiste originaire d’Afrique du Sud, Malebona Maphuste arrive à Paris au début du mois de janvier et s’invite dans un quotidien rythmé par les grèves de transport. Malgré des environnements congestionnés par une masse humaine qui sont pour le moins déshumanisants, l’artiste ne perd pas pied, elle court partout par peur d’être en retard. Elle court dans ces longs espaces transitoires qui lui paraissent confus. Ces environnements sont la gare de Châtelet, l’aéroport d’Orly ou encore Charles de Gaulle qui deviennent une source de stress pour l’artiste. Néanmoins c’est avec gentillesse et attention qu’elle est reçue par les habitants de Paris : « Besoin d’aide pour porter vos bagages ? », « Est-ce que je peux vous aider à trouver votre chemin, in English, of course ! ».

Une fois arrivée à la Cité Internationale des Arts de Paris, Malebona est soulagée puis confuse face à l’espace qui lui est affecté un living studio, il s’agit alors de vivre dans un atelier, vivre dans son lieu de travail, ce qui force un lien intime et une porosité totale entre sa vie personnelle et son processus créatif. L’artiste nous confie qu’elle n’est pas familière de cette pratique, elle précise même qu’elle a besoin de temps dédiés. Comme le facilite cette résidence internationale, Malebona fait des rencontres, en particulier Valentine, une étudiante dans une école de mode, originaire du Kenya et Thokozani Mhlambi, un musicien de jazz, violoncelliste qui vient lui-même d’Afrique du Sud. Ces nouvelles connaissances vont lui permettre d’apprivoiser les lieux, de sortir et de découvrir le monde extérieur. Un monde de culture, d’art et d’histoire. Malebona sort et s’intéresse aux musées parisiens, notamment ceux qui relatent l’histoire coloniale française tels que le Musée de l’Homme ou encore le Quai Branly. Enfin, ces relations vont l’aider à affronter sans doute le plus gros problème qu’elle rencontre à son arrivée sur Paris : comment et où manger à Paris pour un prix abordable ? Son amie Valentine lui conseille cette brillante invention technologique : « Too Good To go* » qui depuis ne la quitte plus car elle lui permet de se procurer de généreux paniers de repas à la fin des services des restaurants les plus gourmands de la capitale, et cela pour un prix imbattable.

* trop bon pour être jeté

 

 

 

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Publié par dans Actualités, Résidence
Residence internationale – Modjadji, Reine de la pluie

Residence internationale – Modjadji, Reine de la pluie

Coup de projecteur sur l’univers de Malebona Maphutse, artiste en résidence avec la Fabrique de l’Esprit à la Cité internationale des Arts de Paris.

Malebona nous invite à découvrir une partie du monde par des récits engagés qui témoignent d’une histoire sociale et culturelle complexe. C’est donc par le biais de Mamoloyi et de deux matriarches qu’elle nous guide vers des univers créatifs. Aujourd’hui, nous mettons en lumière une des matriarches : Modjadji, la Reine de la pluie. Modjadji est reine du royaume Lobedu qui se trouve au quartier Balobedu dans la province de Limpopo en Afrique du Sud. Les habitants de cette tribu, appelés les Ba Lobedu parlent le Khilobedu. La spiritualité y est très présente, ils possèdent leur propre Dieu et ont une façon singulière de prier. Ils se réunissent en cercle au sein de leur habitation et appellent le nom des ancêtres afin de recevoir une bénédiction qui leur permet d’acquérir de la chance. Un certain nombre de coutumes traditionnelles ont disparu en raison de l’impact dévastateur des missions civilisatrices, conséquence de l‘impérialisme colonial. Modjadji est la seule reine traditionnelle d’Afrique du Sud qui règne encore aujourd’hui. Elle détient un pouvoir accablant, celui d’apporter la pluie à ses amis ou de potentiellement noyer ses ennemis. Ce pouvoir lui confère un respect total de la part de tous. À la fin de sa vie, Modjadji lègue son trône à l’aînée de ses filles. Un pouvoir qui se transmet de femme en femme depuis plus de deux siècles.

 

Suivez l’actualité de la résidence chaque semaine sur nos réseaux  >> @lafabriquedelesprit

 

Visuel : Mamoloyi Healing Ministries (A Revival), Video Stills, 3 min 28 sec, 2017, courtesy de l’artiste

 

Publié par dans Actualités, Artistes, Résidence
Meilleurs vœux 2020 !

Meilleurs vœux 2020 !

La Fabrique de l’Esprit est née en 2013 d’une volonté d’Estelle Francès, fondatrice de l’entreprise ARROI, d’œuvrer pour l’éducation artistique et culturelle.

Cette année encore, elle souhaite poursuivre ses actions, cours, projets éducatifs, résidences, expériences artistiques,… pour sensibiliser un large public à l’art, facteur de compréhension et de questionnement de la société contemporaine.

Merci pour votre soutien et votre présence, et très bonne année à tous !

 

 

Création FAT Studio.

Publié par dans Actualités, Adultes, Evénement, Jeune Public, Résidence, Scolaires
Résidence internationale – Malebona Maphutse

Résidence internationale – Malebona Maphutse

L’artiste originaire de Johannesburg, Malebona Maphutse est en résidence à la Cité internationale des arts de Paris avec la Fabrique de l’Esprit. Pendant une durée de trois mois, elle nous invite à découvrir son univers extratemporel avec son alter-ego Mamoloyi. Au travers de courts-métrages mettant en scène ce personnage puissant, Malebona nous pousse à nous questionner sur certains éléments conflictuels du passé.

 

Suivez sa résidence sur nos réseaux sociaux @lafabriquedelesprit !

 

Visuel : ‘Mamoloyi Ministries Present: A Holy Minister’s Production (Fuck your Fake Ass History)’ Malebona Maphutse – 2019-2020

Publié par dans Actualités, Artistes, Résidence