Centre de documentation

Vendredi Lecture – Nobuyoshi Araki – Bondage.

Vendredi Lecture – Nobuyoshi Araki – Bondage.

Entre les cordes et les nœuds, on y voit de jeunes femmes. Prenant la pose dans des styles plus ou moins acrobatiques, souvent explicite mais parfois timide. Cette caisse en bois abrite une forme d’intimité, enregistrée par le très grand photographe japonais Nobuyoshi Araki.

Encré dans le quotidien, l’intime et l’érotisme, son travail n’en demeure pas moins transgressif. Montrant frontalement la nudité et jouant avec les fétichismes, il n’hésite à prendre certains clichés dans des espaces publiques. Cependant son œuvre définit et reflète la culture japonaise, bien souvent bâti autour d’une imagerie rappelant les traditions de son pays via le port du kimono par exemple, il s’attarde sur une pratique traditionnelle : celle du Kinbaku, également connu sous le nom de bondage. Même si souvent considéré comme tabou, il s’agit d’un art (souvent sexuel) bien présent au Japon, consistant à entraver une personne à l’aide d’une corde en traçant des formes géométriques. Araki s’impose en conséquence comme le symbole d’une contre-culture japonaise, photographiant des prostitués et collaborant avec des clubs subversifs.

Cette boîte qui fait l’objet de ce vendredi lecture, s’avère être une édition collector rassemblant les photos de bondage préférées de Araki, environ 600, réparties sur trois livrets cousus à la main et signé par l’artiste en personne. Travaillant sur l’atmosphère de ses photographies, l’érotisme ressort par un bleu qui semble timide mais bien présent. L’univers nous rappelle le film l’Empire des Sens (1976) de Nagisa Ōshima, là où l’amour collabore avec un érotisme qui peut sembler déviant, quasiment macabre. Osant lui aussi échapper à la censure des organes génitaux comme il en est coutume au Japon. Certaines photos peuvent laisser apparaître un jouer en plastique, représentant des dinosaures ou d’autres animaux, ils sont le symbole de l’appareil reproducteur masculin, des animaux arborant de longues queues à l’image du serpent. La masculinité n’étant que suggérée, cela laisse toute la place à la représentation féminine, une volonté à contre courant dans l’univers qu’il représente, là où la femme devait se faire discrète.

Via l’édition de ce coffret en bois réalisé selon la tradition japonaise, Araki nous montre tout l’étendu de son talent via une sélection soignée et évoquant une thématique très forte pour lui. Osant mêler transgression et tradition, il est le représentant d’une subversion nationale, sortant des chemins habituels nous montrant l’érotisme, la vie et la déviance de ce qui l’entoure. Une fine route reliant la pornographie et l’art, dans une maîtrise incroyable de son environnement. Nobuyoshi Araki au travers de sa carrière extrêmement prolifique aura su nourrir notre imagination et nous montrer l’extase et parfois la tristesse d’une vie riche qu’est la sienne et celle de sa culture.

 

Publié par dans Actualités, Centre de documentation
#Vendredi Lecture – Le pont des arts

#Vendredi Lecture – Le pont des arts

Au-delà du centre de documentation, les membres de l’équipe vous partagent en ce moment les ouvrages de leurs bibliothèques.

 

Catherine Meurisse, Le pont des arts, Petites histoires et grandes amitiés entre peintres et écrivains, 2012, Éditions Sarbacane, Paris

 

« Vous ne savez pas distinguer un chef-d’œuvre d’une croûte ? Laissez Baudelaire vous l’apprendre. Vous ne pouvez pas voir les fruits de mer en peinture ? Diderot risque de vous convaincre du contraire. Les impressionnistes vous lassent ? Zola vous remettra le compas dans l’œil… »

Visitez le musée idéal de Catherine Meurisse, où les peintres et les écrivains nourrissent des amitiés extraordinaires pour l’amour de l’art.

Diderot, Sand, Baudelaire, Zola… les plus grands écrivains et philosophes ont eu des liens étroits avec les artistes de leurs temps. Dans cette bande dessinée, chacun nous emmène au musée ou au salon des refusés, ou nous partage leurs échanges passionnés, parfois houleux, avec leurs contemporains. L’un comme l’autres, ils s’influencent et se répondent, s’analysent, se croisent et se lient. De la littérature à la peinture, il n’y a qu’un pas.

« Vous avez besoin d’art. Nous avons tous besoin d’art. »

Catherine Meurisse nous raconte des anecdotes historiques par sa plume, avec une pointe d’humour rehaussé d’un ton caustique. Elle nous ouvre sur les arts avec facilité, une bande dessinée qui ravie novices comme érudits par sa légèreté. L’ouvrage s’achève sur l’index des peintres et écrivains cités, avec de courtes biographies et infos clés.

Illustratrice et dessinatrice de presse française, rédactrice pour Charlie Hebdo (2005 – 2016), Catherine Meurisse est la première dessinatrice de bande dessinée à devenir membre de l’institut de l’Académie des Beaux-Arts en janvier 2020.

Au scénario et au dessin, elle publie Mes hommes de lettres en 2008, Savoir-vivre ou mourir en 2010, Moderne Olympia en 2014, La Légèreté en 2016, Les grands espaces en 2018 et Delacroix en 2019.

Publié par dans Actualités, Centre de documentation, Jeune Public
#Vendredi lecture – Melting popote

#Vendredi lecture – Melting popote

Concentrés dans nos foyers depuis plusieurs semaines, le temps nous est offert pour expérimenter, découvrir, lire. Mais chacun peut rencontrer une panne d’inspiration, embarquez à bord d’un délicieux voyage…

Le Melting popote est un ouvrage réalisé et illustré par trois artistes : Marianne (céramiste) et Jean-Marc Leprêtre (infographiste), et Cat Loray (peintre). Des passionnés d’art et d’art culinaire, chineurs de saveurs professionnels. Dans les méandres des placards ils partent à la conquête des épices, et dévoilent dans cet ouvrage leurs secrets d’une cuisine expérimentée et approuvée.

Un émerveillement perpétuel, pour le regard et les papilles.

« On part en cuisine comme on part en voyage ! »

Un seul mot d’ordre : découvrir. Derrière les fourneaux, à vous de saisir des saveurs inconnues, tester, parfois improviser, mais surtout oser. Des accents d’ailleurs résonnent dans les plats aux noms loufoques et mystérieux : « Aphrodite contre Raymond », « Roule, roule, roule le veau sous le soleil exactement » ou « Le ceviche dans le bain ».

Convivial et chaleureux, le repas est le rendez-vous immanquable des foyers. Initiés ou débutant, à nous de nous affranchir de nos propres limites pour se mettre les yeux en appétit et trouver l’inspiration dans l’art, tant dans l’éclat des couleurs que dans les saveurs.

« Si tu ne vas pas à la route des épices, la route des épices ira à toi »

Marianne & Jean-Marc Leprêtre, Cat Loray, Melting popote, peintures de Cat Loray, Editions du Seuil, Février 2003

Publié par dans Centre de documentation
Nouveauté – cours d’histoire de l’art

Nouveauté – cours d’histoire de l’art

A partir de janvier 2020, la Fabrique de l’Esprit vous propose de nouveaux cours pour aller plus loin dans l’histoire de l’art !

6 thématiques sont ajoutées au cursus adulte classique :

  • La photographie frontale de Berndt et Hilla Becher
  • La peinture anglaise de 1750 à 1850
  • La Venise de Vittore Carpaccio
  • Walter Gropius, fondateur avant-gardiste du Bauhaus
  • La nature morte flamande
  • Novalis et son apport aux romantiques allemands

Comme pour les parcours classiques, réservez selon vos besoins, du lundi au vendredi. Plus d’informations à l’adresse litote@lafabriquedelesprit.fr !

Visuel : Van Hulsdonck, « Oranges, citrons et grenades dans une coupe Wan-Li sur un entablement de pierre », 16ème siècle, courtesy Me Bourreau.

Publié par dans Actualités, Adultes, Centre de documentation, Evénement, Génerale, Scientifique
Les #vendredilecture de Marine – #6

Les #vendredilecture de Marine – #6

Découvrez ce vendredi le livre choisi par Marine, 19 ans, parmi les ouvrages du centre de documentation de La Fabrique de l’Esprit®.

 

Seydou Keïta, livre d’art à l’occasion de l’exposition organisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais,  2016, 224p.

 

Seydou Keïta est un artiste photographe né à Bamako au Mali en 1921, très vite tombé dans le milieu. En 1935, alors qu’il est âgé de 14 ans, son oncle lui offre son premier appareil photo : un Kodak Brownie Flash. Aussitôt il commence à photographier, d’abord ses proches, avant d’acquérir un nouvel appareil, à chambre 13×18.

C’est en 1948 qu’il ouvre son studio et se spécialise dans l’art du portrait en noir et blanc. On se presse chez lui pour se faire photographier, seul ou à plusieurs. Il travaille alors la mise en scène, ajuste les poses et prête des vêtements, bijoux et accessoires à ses modèles. Son but : Donner la plus belle image de ses clients. Avec plusieurs milliers de portraits de maliens jusqu’à l’indépendance du Mali, en 1960, l’œuvre de Keïta constitue un témoignage sans pareil sur la société malienne dans les années 1950.

Contrairement à un autre photographe, Henri Cartier-Bresson, qui prenait des photos en rafales avant d’en choisir une, Seydou avait pour principe de ne prendre qu’un seul cliché. Par manque de moyens, principalement, et pour pouvoir proposer à sa clientèle qui n’est pas aisée des prix minimes.

Pour comprendre l’étendue de ses photographies et de leur impact, il faut se plonger dans un univers “vintage” rassemblant des familles, des amis et bien des visages qui nous sont inconnus.

Plus de 200 photographies ont été exposées au Grand Palais par la réunion des musées nationaux, et rassemblées dans ce catalogue pour l’occasion.

Du bébé rieur à sa mère au regard perdu dans le lointain, tous ont une histoire à nous raconter, des souvenirs à partager. Ils ont un passé et un futur, et la photographie de l’artiste leur crée un présent éternel, unique fraction de leur vie à notre portée, que l’on retrouve dans cet ouvrage à la couverture colorée rappelant les drapés africains.

 

À découvrir au Centre de Documentation sans plus attendre.

Informations adhésion : litote@lafabriquedelesprit.fr

Publié par dans Actualités, Centre de documentation, Scientifique
La Fabrique de l’Esprit change de visage !

La Fabrique de l’Esprit change de visage !

La Fabrique de l’Esprit a fait appel à deux graphistes, Justine Lhote et Camille Weber, pour repenser son identité visuelle. Dans quelques jours, vous découvrirez le nouveau logo de l’association, portrait de son engagement : la construction d’une éducation artistique et le plaisir de la découverte. Fondatrices du FAT Studio, les deux designers ont fait appel à l’imaginaire de l’architecture, de la transformation, du volume ou encore de la construction pour imaginer une création graphique dynamique et ludique, au plus près des valeurs de la Fabrique.

Des jeux de construction pour enfant aux œuvres de Daniel Buren, François Morellet ou encore Sol Lewitt, en passant par les architectures de nos buildings contemporains, la nouvelle charte de l’association sera un clin d’œil à de nombreux éléments qui construisent le jeu, la découverte et la culture de chacun, à tout âge.

Les artistes

Justine Lhote est diplômée des Beaux-Arts de Lyon. Designer graphique indépendante inspirée notamment par Hans-Rudolf Lutz, elle s’intéresse particulièrement à l’imprimé et au digital. Elle a d’ailleurs conçu une revue en ligne, Pratiques, qui se penche sur la question de l’édition d’aujourd’hui, et en présente de multiples projets actuels.

Camille Weber, aussi diplômée de l’ENSBA Lyon, se spécialise dans l’utilisation des imprimés, et notamment des typographies. Apprentie peintre en lettres, elle a découvert et étudié par ses voyages et expériences des conventions graphiques spécifiques au monde politique et médiatique d’aujourd’hui.

Découvrez leur travail sur Instagram par ici !

 

Publié par dans Actualités, Adultes, Art et Paix, Arthothèque, Artistes, Centre de documentation, Club unesco, Éditions, Evénement, Génerale, Jeune Public, Le Lab, Prêt-à-exposer, Résidence, Scientifique, Scolaires, Stages
Offre de service civique – Art & Centre de documentation et de recherches

Offre de service civique – Art & Centre de documentation et de recherches

La Fabrique de l’Esprit recherche un volontaire en mission de service civique pour son centre de documentation.

Il assistera la responsable de la documentation dans la gestion des plus de 2000 ouvrages de l’association.

Les missions :
– Participer à la valorisation du centre de documentation de l’association
– Contribuer au référencement des ressources documentaires
– Tenir à jour le fichier bibliothèque (nouvelles acquisitions et entrées documentaires…)
– Mettre à jour des dossiers artistes
– Numériser les ressources documentaires présentant les œuvres et les artistes de la collection Francès
– Participer au projet d’archivage documentaire en cours

Contrat :
À partir du 3 février 2020 à la Fondation Francès à Senlis (60300 Oise)

Durée: 6 mois – 28 h/semaine

Horaires : du lundi au jeudi 10h-18h / Pause déjeuner : 13h-14h

Pour plus d’infos sur l’offre : Téléchargez-la ici !

 

Publié par dans Actualités, Centre de documentation
Les #vendredilecture de Marine #5

Les #vendredilecture de Marine #5

Caroline Desnoëttes, Regarde la peinture à travers les siècles, Albin Michel Jeunesse

Environ 36 pages.

 

 

Un livre ludique et accessible destiné à un jeune lecteur. Chaque chapitre présente des œuvres de tableaux connus tels que les Très Riches Heures du duc de Berry, ou la Joconde de Léonard de Vinci. Les éléments interactifs pop-up sont réservés aux petits lecteurs, et les incite à s’intéresser plus en détail aux tableaux, à rechercher de petits éléments cachés dans les décors et à prêter plus d’attention aux couleurs. Les techniques de peinture sont expliquées en toute simplicité, de la couleur à la perspective.

 

Réalisé par Caroline Desnoëttes en deux fois dix-huit pages, le livre s’organise en deux parties. La première est réservée aux plus jeunes, et suit un schéma régulier des peintures dans un ordre chronologique. La page de gauche présente l’œuvre, tandis que celle de droite est illustrée d’éléments de cette même œuvre, en gros plan. On peut y trouver une série de questions amusantes sur ce que l’on peut voir dans le tableau, pour ne rien manquer, et un texte court sur l’œuvre, parfois l’artiste et l’époque durant laquelle elle a été peinte. Sous le rabat de la page, on trouve encore un détail de l’œuvre et quatre des couleurs utilisées dans celle-ci : “La palette de l’artiste”. La deuxième partie du livre est plus dense pour un public plus averti, et revient sur les peintures vues précédemment pour les analyser plus en détail.

 

Même en connaissant déjà la plupart des œuvres qui sont d’artistes connus, ce livre est très enrichissant, on peut les (re)découvrir et les voir d’un nouvel œil. Facile d’accès, intrigant, parfait pour les enfants venant tout juste d’apprendre à lire, toutefois accompagné d’un parent pour découvrir l’art tout en s’amusant grâce aux jeux ludiques qui parsèment l’ouvrage.

 

À retrouver sans plus attendre au centre de documentation.

Publié par dans Centre de documentation
Les #vendredilecture de Marine – #1

Les #vendredilecture de Marine – #1

Découvrez ce vendredi le livre choisi par Marine, 19 ans, parmi les plus de 2000 ouvrages du centre de documentation de La Fabrique de l’Esprit.

 

Béatrice Fontanel, Le petit musée de Picasso, Editions Gallimard Jeunesse, 2015, 32p.

 

“Picasso, l’Homme Taureau”.

Dans un ouvrage passionnant, d’une simplicité accessible aux petits comme aux grands, sont retranscrits en un court écrit le ressenti et la façon de penser, la vie, de ce grand artiste, Picasso.
Pour quelqu’un qui découvre les œuvres de cet homme aux idées révolutionnaires, cela peut être une expérience déboussolante.
Se retrouver devant ces grandes toiles impressionnantes et aux formes déconcertantes, n’est pas évident, et ce livre explique en détail l’histoire de certaines de ses œuvres les plus connues, leur provenance et la façon dont elles ont été crées, pourquoi. Il nous propose un petit rappel sur la seconde guerre mondiale, et la découverte d’un Titan, célèbre jusqu’au bout du monde, ayant imposé sa présence, son message, pour devenir quelqu’un d’inoubliable.

Tout le monde connaît Picasso, tout le monde a déjà entendu son nom quelque part. Mais qui peut se vanter de connaître ses animaux préférés ?

Les vrais tableaux, vois-tu, si on approche d’eux un miroir, ils devraient se couvrir de buée, d’haleine vivante, parce qu’ils respirent.

Le principe de Picasso était de donner vie à ses œuvres, qu’elles soient peintures, sculptures, découpages ou collages. Leur donner un sens profond mais pas si caché que ça, à trouver dans la simplicité. Fasciné par ce que l’on pourrait considérer comme “déchet”, Picasso a fait de l’art avec tout. Un paquet de cigarettes déchiré, un morceau de nappe de restaurant. On sent une grande sensibilité dans ce qu’il a créé, et cette volonté de leur donner vie en font des pièces d’une
grande valeur émotionnelle, et artistique.
Ce livre renferme de petites anecdotes sur sa vie et font de Picasso quelqu’un qui aurait pu nous être familier, un homme avec un grand cœur, qui pouvait trouver la beauté dans tout ce qui existe. Il nous a fait revoir notre jugement sur le monde, sur l’art, en nous exposant une nouvelle façon de les voir.

De sa plus tendre enfance à sa mort, une œuvre d’art, une histoire.

À découvrir au Centre de Documentation sans plus attendre.

 

Informations adhésion : litote@lafabriquedelesprit.fr

Publié par dans Actualités, Adultes, Centre de documentation, Éditions, Génerale
COURS D’HISTOIRE DE L’ART – Nouvelles séances

COURS D’HISTOIRE DE L’ART – Nouvelles séances

Choisissez votre horaire et votre thématique parmi les prochains créneaux des cours d’histoire de l’art adulte !

> 22 et 23 mai, 17h00-18h00 : L’Art & le vivant

> 29 mai, 15h30-16h30 : La Renaissance italienne

> 5 et 6 juin, 15h30-16h30 : L’âge d’or flamand

> 12 et 13 juin, 15h30-16h30 : L’évolution de la peinture

> 19 et 20 juin, 15h30-16h30 : La photographie contemporaine

> 26 et 27 juin, 15h30-16h30 : École du Bauhaus

> 3 et 4 juillet, 15h30-16h30 : Le romantisme allemand

Aucun créneau ne convient à votre emploi du temps ?

Contactez la Fabrique de l’Esprit pour en savoir plus sur les autres horaires possibles : litote@lafabriquedelesprit.fr

Pendant l’été, les cours d’histoire de l’art vont développer de nouvelles idées et reviendront à la rentrée rien que pour vous. Très belles vacances à tous !

 

Visuel : Andy Warhol, « Campbell’s Soup Complete Portfolio », 1969

Publié par dans Actualités, Adultes, Centre de documentation, Génerale, Scientifique